Pour enfin oser parler en public !

Vous les connaissez, ces sensations à la vue de son auditoire : la boule dans le ventre, la gorge qui se serre, les mains moites, le souffle court et le cœur qui s'emballe, les mots qui se bousculent dans la tête mais qui ne sortent pas dans le bon ordre.


Pour beaucoup d'entre nous, parler en public est impressionnant, voire même angoissant. Comment s'affranchir de sa nervosité et s'exprimer librement ? Quelques éléments de réponse.

D'où vient cette peur ?

La prise de parole en public n'est pas un acte anodin. De l'exposé devant ses camarades de classe jusqu'à l'intervention dans une réunion importante, en passant par les discours en tout genre... On s'expose, seul(e) face à un groupe plus ou moins nombreux et plus ou moins bienveillant. Chaque personne réagit différemment dans ce genre de situation. Globalement on peut évoquer ces différentes explications - non exhaustives - au stress engendré par la prise de parole en public :


- La timidité : Quand on aime être discret(e), il peut être difficile de se faire remarquer. On n'a pas l'habitude de parler fort et distinctement pour bien se faire entendre, ni de sentir les regards braqués sur soi, on peut se sentir gêné.


- Le manque de confiance en soi : "Et si je bafouillais ?" "Et si je disais des choses inintéressantes ?" "Et si..." Quand on doute de ses capacités, ou quand on place son auditoire sur un piédestal ("Ils sont plus cultivés" etc.) parler en public, c'est se mettre en danger.


- La peur du regard des autres : Elle est liée à la confiance en soi. "Et s'ils me trouvaient ridicule ?" Encore des "Et si..." Là aussi, prendre la parole en public, c'est prendre le risque d'être jugé.


- Le traumatisme d'une mauvaise expérience : Si on a déjà expérimenté l'expression orale et qu'on estime que cela s'est mal passé, cela n'aide pas à se sentir à l'aise quand on se retrouve dans le même genre de situation. Nous reviennent en mémoire le souvenir négatif


- Le manque d'entraînement : On n'y pense pas forcément, mais s'exprimer en public n'est pas une compétence innée. Cela s'apprend. Le manque d'habitude crée la nervosité, tandis que plus on s'exerce, plus cela devient facile.





Bonne nouvelle !

Comme un sportif qui s'entraîne pour sa compétition, il est possible de se préparer pour aborder sereinement une prise de parole en public, et de gagner en habitude et en aisance.








Les solutions


Travailler sur soi

Il est utile d'identifier ce qui nous "bloque" dans la prise de parole en public pour travailler dessus :

- Apprendre à assumer sa timidité et en jouer

- Renforcer sa confiance en soi

- Se libérer de la peur du jugement

- Changer sa représentation d'une mauvaise expérience similaire



S'entraîner

Grâce à plusieurs techniques simples et ludiques, il est possible de s'entraîner en toute sécurité pour être prêt(e) le jour J :


- Visualisations : C'est un exercice d'imagination. Il s'agit de visualiser tous les détails : l'endroit, les protagonistes, les circonstances... et de s'entraîner à parler à ce public, voir leurs regards, entendre leurs réactions. Comme ce ne sont que des vues de l'esprit, on peut refaire l'exercice encore et encore en toute sécurité. Peu à peu notre cerveau fait comme si on avait vraiment vécu la scène, et on crée l'habitude.


- Jeux de rôles : Et si on se mettait à la place du public qui nous regarde et nous écoute ? L'idée est de changer de point de vue, et ainsi observer de l'extérieur ce que serait notre prestation en toute bienveillance. Cela permet de renforcer sa confiance et d'atténuer sa peur du jugement, tout en évoquant si nécessaires quelques pistes d'amélioration.


- Les mises en situation : Ce sont des exercices pratiques très simples qui permettent de sortir progressivement de sa zone de confort et ainsi de gagner en assurance. Ce sont comme des petits défis dont la "difficulté" augmente petit à petit. Par exemple, on peut imaginer ce genre de situations :

* Demander son chemin à 10 passants choisis au hasard dans la même journée,

* Faire un discours élogieux sur une personne que l'on apprécie lors d'un anniversaire,

Évidemment, ces "défis" doivent êtres adaptés à la situation de la personne.


- La dédramatisation : Si la prise de parole en public est vécue comme une mise en danger, en réalité, sauf dans des cas extrêmes et très rares, on ne risque pas sa vie en s'exprimant devant une assemblée. Il est donc intéressant d'identifier les risques factuels que l'on prend en s'exprimant en public dans une situation précise. "Que se passerait-il si j'étais ridicule ?" "Que se passerait-il si j'étais mal jugé(e) ?" Souvent on se rend compte que les risques réels sont minimes par rapport à la pression que l'on s'inflige. Et surtout on prend conscience que si jamais cela se passe mal, il y a des solutions. Le fait de dédramatiser la situation permet de prendre du recul et de retrouver son calme.



Si vous souhaitez gagner en confiance et sérénité lors d'une prise de parole en public, quel que soit le contexte, les moyens sont nombreux pour atteindre votre objectif. Un accompagnement adapté à votre situation vous permettra en quelques séances de constater vos progrès.


> En savoir plus