Samantha Broggini, Hypnothérapeute & Sophrologue au Plessis-Robinson et Paris 15

On a le droit d'être en colère pendant une PMA ?


L'autre jour, sur un groupe de discussion autour de la PMA, une femme a exprimé sa colère car, alors qu'elle avait subi plusieurs opérations pour mettre toutes les chances de son côté, son conjoint ne prenait pas vraiment soin de sa santé, ce qui affectait la qualité de ses spermatozoïdes. Pour toute réponse, elle a reçu des "il ne faut pas en vouloir à son mari". Alors personnellement, je dis haut et fort : stop à la culpabilisation et aux injonctions envers les femmes. Et je vous explique pourquoi.

La légitimité de la colère

Comme toute émotion forte, la colère a le droit d'exister, de manière générale et en particulier dans un parcours aussi engageant que la PMA. On nous en demande beaucoup, à nous, les femmes qui vont porter l'enfant. Parfois, c'en est trop, on craque, on n'en peut plus, on a l'impression de tout porter à bout de bras.

Je ne vois pas en quoi cela aide de dire "ne sois pas en colère".

En revanche, on peut se poser plusieurs questions :

Pourquoi suis-je en colère ?

La personne dont je parle ici ne m'a pas donné davantage de détails, donc ce que j'ai compris de son histoire, c'est qu'elle vit une sorte d'injustice. D'un côté, elle s'implique à 100% en suivant les recommandations médicales, en subissant des opérations chirurgicales pour maximiser les chances de grossesse. Et de l'autre, son conjoint ne fait pas vraiment attention à son hygiène de vie, et sa fertilité est affectée. Le problème n'est donc pas que la fertilité de son conjoint ne soit pas au top, mais plutôt qu'il produise moins d'efforts qu'elle, sachant que cela pourrait favoriser sa fertilité.

Ce que je comprends, donc, de l'histoire : c'est le déséquilibre dans l'engagement et les "sacrifices" de chaque membre du couple qui génère la colère de cette femme.

Colère bloquante ou colère aidante ?

Quand on ressent une émotion forte (souvent désagréable) on peut se poser cette question : est-ce que cela m'empêche d'avancer ou est-ce que cela m'aide à aller de l'avant ?

Si la colère permet à cette dame de parler à cœur ouvert avec son conjoint, ou de réorganiser ses priorités pour se focaliser davantage sur sa vie "hors PMA" pour se faire du bien, ou tout simplement faire la démarche de chercher du soutien parmi des femmes qui vivent le même parcours, cette colère a donc une utilité, et une fois cette utilité identifiée, il sera facile de faire passer la colère.

Si au contraire la colère est intériorisée, ruminée, provoque des tensions, du stress, de la rancœur, il devient urgent de s'en libérer.

Comment se débarrasser de la colère ?

S'attaquer à la source

Ici la relation de couple est intimement liée à la colère. Mettre les choses à plat dans le couple serait un bon moyen de s'apaiser.

Plus facile à dire qu'à faire : une discussion sans animosité, au cours de laquelle chaque membre du couple pourrait exprimer ses ressentis et ses besoins, serait la façon la plus saine de désamorcer le sujet de la colère.

Bon à savoir : la communication non violente est une façon de communiquer qui se base sur l'expression de ses ressentis et ses besoins, sans exprimer de reproches à l'autre.

Extérioriser

Une autre façon de se libérer d'une émotion désagréable est de la "sortir de nous" : se défouler, faire du sport, écrire, dessiner... ou tout simplement en parler à une personne bienveillante et sans jugement (une professionnelle si possible, plutôt qu'une personne proche, pour éviter l'affect)

Stop à la culpabilisation

Ce qui m'a beaucoup dérangé dans cette histoire, c'est que cette dame, qui cherchait du réconfort en racontant son histoire, a reçu beaucoup de réponses insinuant qu'elle ne devait pas en vouloir à son mari.

Personnellement je n'ai pas d'avis sur cette question, en revanche, je sais que cette réponse n'aide pas cette dame.

Parce que la réponse "ce n'est pas la faute de ton mari, restez solidaires dans le couple" et autres injonctions du même style n'envoient qu'un message : que la colère n'est pas légitime, et que cette dame ferait mieux de prendre sur elle plutôt que s'énerver toute seule.

Résultat : culpabilisation maximale, or en tant que femme dans un parcours PMA, on est déjà suffisamment culpabilisée comme ça.

Et surtout, où est la bienveillance dans tout ça ? Cette femme cherchait un peu de consolation, ou du moins des oreilles attentives, et elle n'a reçu que très peu de témoignages de solidarité.

L'importance de l'accompagnement

Il me semble que cette histoire montre la limite des groupes de discussion : les réponses ont été apportées par des personnes qui vivent elles-mêmes une PMA, avec leurs propres difficultés, et leur propre vision des choses. Elles n'étaient pas en mesure de se mettre à la place de cette femme, et donc elles ont répondu selon leur point de vue, quitte à blesser (involontairement) l'autrice du post.

Alors oui, un groupe comme celui-ci permet de partager sans débourser un euro, mais parfois on n'obtient pas le soutien que l'on attendait.

C'est pour cela qu'un accompagnement avec une professionnelle est utile. Car c'est notre métier de vous accueillir avec bienveillance, sans vous juger, et même en vous aidant à vous éloigner de tout sentiment de culpabilité. C'est notre rôle de vous aider à retrouver la confiance, la sérénité, ou toute autre émotion qui vous ferait du bien, pour avancer en conscience dans la direction que vous aurez choisie.

Et surtout, je prends très à cœur mon rôle de soutien auprès de vous, à chaque étape de votre PMA, dans chaque espoir et chaque coup de mou, dans chaque coup dur et chaque bonne nouvelle. Tout compte, et c'est de mon devoir de vous accompagner à "faire avec" de la manière la plus douce possible.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Accompagner la PMA

11 Jan 2024

Quelles que soient les techniques d'assistance médicale à la procréation et les raisons d'y avoir recours, une telle démarche est le projet d'une vie. Longue...

Vous êtes la DRH de vos émotions

20 Juil 2024

Et si on gérait nos émotions comme des personnages ? Vous me voyez venir, après la sortie de "Vice Versa 2" (que je n'ai pas encore vu, dites-moi en commenta...

Ça sert à quoi une thérapeute ?

01 Juil 2024

"C'est différent de mes discussions avec mes copines !" me confiait il y a peu une personne que j'accompagne. C'est vrai : même si les séances ont l'air d'êt...

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.