Samantha Broggini, Hypnothérapeute & Sophrologue au Plessis-Robinson et Paris 15

Comment faire face aux désapprobations


C'est bien connu, quand on annonce une décision, un choix, quelque chose qui nous concerne, on trouve toujours des gens pour ne pas être d'accord, pour juger nos choix ou tenter de nous convaincre de faire autrement. Je vous donne des astuces pour faire face aux désapprobations.

Ce que l'on prend et ce que l'on laisse

C'est énervant de recevoir une remise en question d'une décision prise par soi-même et pour soi-même. Mais de quoi se mêlent les gens ? Cela peut rapidement nous coûter beaucoup d'énergie de lutter contre ces désapprobations.

Plutôt que de rejeter en bloc les critiques plus ou moins constructives que l'on reçoit, l'idée est de faire une sorte de "tri sélectif" dans notre tête :

  • Un bac "poubelle" pour tout ce qui ne nous sert à rien : des conseils qui ne nous correspondent pas, des peurs qui ne nous appartiennent pas etc.
  • Un bac "utile" pour tout ce qui pourrait éventuellement nous servir : un angle de vue que l'on n'avait pas envisagé, une situation que l'on n'avait pas anticipée etc.

Attention : ce qui est dans le bac "utile" ne va pas nécessairement nous faire changer d'avis. Cela nous permet simplement d'avoir les idées plus claires, de préparer de potentiels contre-arguments auxquels on n'aurait pas pensé avant, ou encore de renforcer notre conviction que notre décision est la bonne.

 

Notre propre conviction

Avant de se confronter à l'opinion des autres, on s'est sûrement demandé si on est vraiment sûre de notre choix. Ce questionnement est utile, non seulement pour challenger notre conviction, mais aussi pour anticiper les éventuels désaccords ou craintes de la part de notre entourage.

Si vous êtes sûre de votre décision, vous trouverez aisément (peut-être pas spontanément mais en y réfléchissant) des explications ou arguments pour répondre à vos détracteurs•ices.

Ce qui se conçoit s'énonce clairement

Si vous saviez comme je déteste cette phrase... Car parfois notre conviction est tellement intime et de l'ordre du ressenti, qu'aucun mot ne saurait décrire précisément ce qui se passe à l'intérieur de nous.

En revanche, lorsqu'il s'agit de répondre à des désapprobations, il faut en passer par la rhétorique.

Si vous n'êtes pas à l'aise avec cela, préparez vos arguments à l'avance, avec des phrases toutes faites, des exemples, des images, des analogies (= "c'est comme si...")

Et si votre conviction tient du ressenti plutôt que d'une réflexion rationnelle, exprimez cela de manière simple, claire et concise : votre intime conviction a autant le droit d'exister que la voix de la raison.

 

Éviter les débats contre-productifs

Tenter de convaincre quelqu'un qui n'est pas prêt à être convaincu est une entreprise vouée à l'échec. Face à vos détracteur•ices, vous pouvez expliquer les raisons de votre décision, les aider à mieux vous comprendre, éventuellement les amener à changer leur opinion sur le sujet, seulement s'iels sont prêt•e•s à vous écouter et vous comprendre.

Si vous sentez que le dialogue tourne en rond, que le ton monte ou que la personne tient à "gagner" le débat, arrêtez la discussion. Car vous n'aurez jamais "raison" aux yeux de cette personne, en tout cas pas lors de cette conversation.

Accepter le désaccord

C'est sûrement ce qui est le plus difficile, surtout quand il s'agit d'une décision personnelle voire intime, et que ce sont vos proches qui désapprouvent. Mais comme on n'a pas le pouvoir absolu de modifier l'opinion des gens, il est primordial de lâcher prise et d'accepter le fait que sur ce sujet il y a désaccord.

C'est rageant parfois, car après tout, c'est votre vie, votre choix, cela vous regarde et ne devrait pas être sujet à débat. Mais pour avoir la paix et préserver les relations entre les personnes, il faut parfois faire avec les divergences d'opinion.

Pourquoi ces désapprobations

Si cela vous importe et ne vous coûte pas trop d'énergie, vous pouvez vous poser la question (voire même demander à votre détracteur•ice) des raisons de ce désaccord. Pourquoi la personne est-elle contre votre choix, qui ne la concerne pas ? Les raisons peuvent être multiples, on peut citer entre autres:

La projection de peurs

Selon le vécu et les croyances de la personne, elle peut avoir peur pour vous et projette donc ses peurs pour vous. Inconsciemment, elle veut vous faire peur aussi, pour vous inciter à vous protéger de ce qu'elle pense être un danger.

Si c'est le cas, il est utile de savoir où vous classez cette peur : soit à la poubelle si elle vous est inutile et ne ferait que vous bloquer, soit dans la catégorie "utile" si elle sert, au moins en partie, à vous protéger.

Des valeurs qui coincent

Les valeurs, ce sont ces grands principes auxquels on tient beaucoup, comme la famille, l'honnêteté, la liberté etc.

Il se peut que la personne ait des valeurs différentes des vôtres, ou hiérarchisées différemment, avec des importances différentes accordées aux diverses valeurs.

Donc si votre choix correspond à vos valeurs, il se peut qu'il heurte les valeurs d'une autre personne. Dans ce cas, compliqué voire inutile de tenter de la faire changer d'avis.

La confrontation à la réalité

Les personnes qui nous sont proches ont parfois de grands rêves pour nous, elles imaginent ce que pourrait être notre futur à moyen terme, car elles veulent le meilleur pour nous, selon leurs propres critères bien sûr. Il est donc difficile pour elles d'envisager que vous prenez un autre chemin que celui qu'elles avaient idéalisé.

Leur point de vue peut être intéressant pour challenger votre certitude : est-ce que ce que vos proches voulaient pour vous peut vous influencer ? Pas de mauvaise réponse à cette question car dans tous les cas, cela vous aidera à avancer.

 

Conclusion

Ce n'est pas toujours drôle de faire face à des désapprobations, surtout quand cela vient de personnes proches, ou quand cela revient souvent, pour des choix de vie par exemple, que vous passez votre temps à expliquer voire justifier.

Le maître mot est : faites ce qu'il faut pour avoir la paix.

  • Gardez ce qu'il y a à garder, jetez le reste
  • Évitez le sujet s'il est trop tendu pour préserver les relations
  • Gardez en tête que vos détracteurs•ices ont forcément une "bonne" raison, de leur point de vue, d'exprimer leur désaccord, et que souvent cette raison est liée à de l'inquiétude pour vous
  • Quoiqu'il arrive, votre choix reste le vôtre, et c'est vous la capitaine de votre bateau

Si vous trouvez compliqué d'assumer une décision face aux autres, c'est sûrement le moment de vous faire accompagner.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Accompagner la PMA

11 Jan 2024

Quelles que soient les techniques d'assistance médicale à la procréation et les raisons d'y avoir recours, une telle démarche est le projet d'une vie. Longue...

Vous êtes une aventurière, le saviez-vous ?

01 Juin 2024

Vous êtes maman, enceinte, ou en projet d'enfant plus ou moins médicalisé, ou encore vous menez projet de vie, dans lequel vous jetez toute votre énergie et ...

La Communication Non-Violente : dire les choses en douceur

24 Mai 2024

Quand on a un désaccord ou un mécontentement avec quelqu'un, on se trouve souvent tiraillée entre la politesse respectueuse qui nous incite à nous taire et p...

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.