Samantha Broggini, Hypnothérapeute & Sophrologue à Paris 15

Prévenir le burn out


On parle de plus en plus du burn-out parental ou maternel, par analogie au burn-out au travail. La surcharge de tâches à effectuer, de charge mentale, de pression, peut mener à des dépressions, des problèmes de santé physique ou mentale. Ma démarche thérapeutique s'inscrit dans une volonté de prévention des risques psychosociaux. Cela me tient d'autant plus à cœur que je me suis moi-même noyée sous la charge et la pression dans un contexte professionnel, et la thérapie m'a considérablement aidée.

Agir avant le burn-out

Quand on pense au burn-out, on imagine souvent ce moment où on est incapable de se lever de son lit, tellement "c'est trop". C'est la limite à laquelle on ne veut surtout pas arriver.

Il est donc primordial de percevoir les signes avant-coureurs chez soi ou chez les autres, afin de prendre des mesures avant que le point de non-retour ne soit franchi.

 

Fatigue et épuisement

Lorsque l'on manque de sommeil et/ou que l'on a beaucoup de choses à gérer, il est normal de se sentir fatiguée. Néanmoins, lorsque la fatigue s'accumule à tel point que l'on ne parvient même plus à dormir, ou si au contraire les réveils sont de plus en plus difficiles, il faut prendre ces signes au sérieux.

Les solutions :

  • S'éloigner de la source de surcharge, prendre quelques jours pour soi
  • S'octroyer du temps spécialement pour dormir et se reposer
  • Si vous avez des difficultés à trouver des solutions seule, faites-vous accompagner

 

Irritabilité, instabilité émotionnelle

Sous l'effet du stress ou de la pression, on a du mal à réguler ses émotions, c'est humain. On peut donc se trouver souvent en colère, irritable, perdre patience facilement...

A terme, ces ascenseurs émotionnels alimentent l'état de stress général et on peut rentrer dans un cercle vicieux de stress chronique, qui peut déboucher sur des états dépressifs, troubles digestifs, hypertension ou autres pathologies.

Les solutions :

  • Identifier la source de stress, et si possible s'en éloigner quelques temps
  • Pratiquer des activités relaxantes : méditation, yoga, sophrologie...
  • Pratiquer une activité physique régulière pour canaliser votre énergie
  • Si vous avez des difficultés à gérer votre stress ou vos émotions, faites-vous accompagner. En hypnose notamment, on peut travailler facilement sur la régulation de l'état émotionnel.

 

Lassitude

En avoir marre d'avoir trop de choses à gérer, c'est normal. Là aussi, la vigilance doit porter sur le niveau de lassitude ressenti. Si vous commencez à perdre le goût des choses que vous aimiez, si vous ne voulez plus faire les activités que vous appréciez, si vous vous repliez sur vous-même, accordez de l'importance à ces signes, car ils peuvent déboucher sur un problème de santé mentale.

Les solutions :

  • Parler de ce que l'on ressent, avec des proches ou une professionnelle.
  • Trouver une activité qui vous fait du bien et dans laquelle vous prenez du plaisir
  • Faites appel à votre thérapeute pour vous aider à extérioriser et aller de l'avant

 

Les avantages de l'accompagnement

Quand on ne se sent pas très bien, s'en sortir seule n'est pas si simple. Il est aussi bien souvent difficile de parler de ses problèmes à ses proches, ou de trouver les réponses dont on a besoin. C'est là que votre thérapeute intervient, avec son expertise, sa neutralité et sa bienveillance.

 

Trouver vos solutions

Votre thérapeute vous accompagne pour trouver les solutions qui vous conviennent spécifiquement, en fonction de votre personnalité, votre situation actuelle, vos contraintes... La thérapie vous permet de faire émerger des moyens de vous sentir mieux qui vous correspondent et vous ressemblent.

 

Vivre le moment présent

En attendant que les solutions portent leurs fruits, l'accompagnement thérapeutique vous permet de mieux vivre le moment présent en prenant du recul, en lâchant prise, en gardant à l'esprit le travail que vous faites sur vous pour aller mieux.

 

Conscientiser l'évolution

Prenez conscience de chaque avancée, chaque progrès, même le plus infime, et souvenez-vous que chaque petite victoire vous revient de droit. Votre thérapeute est là pour vous le rappeler, et même vous recommander de faire cet effort d'observation de votre évolution. Cela va vous encourager et renforcer votre motivation à aller de l'avant.

 

Mon expérience du burn-out

Comment j'ai frôlé le burn-out

Dans mon métier d'avant, j'ai fait 2 débuts de burn-out.

Pour le premier, les signes d'épuisement n'ont pas été nombreux : crises de larmes à 22h et envie de manger du sucre. Je me suis arrêtée à temps, j'ai pris des vacances, j'ai vu des amis, je me suis ressourcée. J'ai pris une nouvelle mission dans une autre société et j'ai repris le travail.

Et bim, 2ème surmenage. Là c'était un peu plus compliqué. Je pensais au travail 24h/24, je ne me sentais pas à la hauteur des tâches qui m'incombaient, je ne me sentais pas capable. À tel point qu'un jour, j'ai eu un entretien dans une autre société, et que j'ai demandé un salaire exorbitant pour ne pas décrocher le poste... sauf que ma demande a été acceptée ! Et quand je l'ai appris, j'ai pleuré dans les toilettes parce que c'était au-dessus de mes forces de travailler dans ces conditions, avec ce niveau de stress, d'astreinte, de problèmes à gérer.

 

Le début du changement

C'est à partir de là que j'ai décidé de changer de métier, et que j'ai entamé un long travail sur moi-même pour me reconstruire, m'écouter, trouver quoi faire et comment y parvenir.

 

Et la première grande étape fut un voyage initiatique, quelques jours seule au bout du monde, avec le livre Mange Prie Aime* pour seul compagnon. Me retrouver, me poser, faire mon baptême d'hélicoptère, de chameau dans le désert et de cheval sur la plage.

 

Le temps d'affiner mon projet professionnel, j'ai repris mon premier métier, des missions plus douces dans des contextes plus calmes. J'ai refait des voyages qui m'ont marquée, des rencontres qui m'ont changée, j'ai avancé pas à pas vers là où je suis, professionnellement et personnellement.

 

La thérapie a permis tout cela

Entre ces grandes étapes qui m'ont fait avancé d'un bond, il y a eu un lien, un fil conducteur, et c'était la thérapie.

Je n'ai pas compté le nombre de séances. Beaucoup, peut-être, c'est l'accompagnement dont j'avais besoin. Mes amis m'ont vue me transformer (en bien !) Je me suis vue aussi changer d'état d'esprit, d'attitude, de façon de penser. Le plus frappant étant certainement une grande accalmie de mon état émotionnel : je suis passée d'hyperémotive à très consciente de mes émotions sans les subir.

 

Vous pouvez décider de vous sentir mieux
Prenez soin de vous

 

*Mange Prie Aime - Roman d'Elizabeth Guilbert, éditions Calmann-Levy


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Accompagner la PMA

11 Jan 2024

Quelles que soient les techniques d'assistance médicale à la procréation et les raisons d'y avoir recours, une telle démarche est le projet d'une vie. Longue...

On a le droit d'être en colère pendant une PMA ?

22 Fév 2024

L'autre jour, sur un groupe de discussion autour de la PMA, une femme a exprimé sa colère car, alors qu'elle avait subi plusieurs opérations pour mettre tout...

Que ferait la panthère des neiges à ma place ?

19 Fév 2024

En tant qu'êtres humains, on réfléchit beaucoup. Parfois trop. On anticipe, on élabore des stratégies ; souvent c'est utile, parfois cela génère de l'anxiété...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.